Accueil > Au sommaire > Vol. 59 - n° 2 (avril-juin 2017)

Vol. 59 - n° 2 (avril-juin 2017)

Articles

Qu’est-ce que faire grève dans la production symbolique universitaire et artistique ?
Serge Proust

Gouverner avec tact et mesure. L’ajustement des budgets hospitaliers à la marge (1983-2003)
Pierre-André Juven

L’émergence des pâtissiers de restaurant. Sociologie d’une segmentation professionnelle
Thomas Collas

Le nouveau régime de responsabilité parentale dans l’autisme
Céline Borelle

Comptes rendus


Articles

Qu’est-ce que faire grève dans la production symbolique universitaire et artistique ?

The Meaning of Striking for Symbolic Production in Academic and Artistic Fields

Serge Proust

Résumé

À la différence de l’organisation industrielle classique, le travail immatériel, dans les champs universitaires et artistiques, se caractérise par un éclatement des cadres spatio-temporels de l’activité ainsi que par la dilution des collectifs de travail. Les grèves ont des buts fondamentalement politiques qui impliquent leur médiatisation par une dramatisation liée à l’incertitude organisée du futur. Mais, en rompant la relation de service qui lie les universitaires et les artistes aux étudiants et spectateurs, elles ont plusieurs effets qui limitent leur efficacité. D’une part, les professionnels disparaissent des espaces de travail et de lutte, et l’activité se poursuit dans de multiples lieux. Les grèves se réduisent alors souvent à une interruption partielle et limitée de l’activité. D’autre part, elles se heurtent à la logique dominante des champs respectifs qui interdit de rompre réellement cette relation de service. Par exemple, dans le cas du champ universitaire, sous peine de s’isoler radicalement, notamment des étudiants et de leurs familles, les enseignants sont conduits à maintenir certains enseignements ainsi que les examens.

Mots-clés : Grève, Production symbolique, Travail immatériel, Intermittents du spectacle, Université, Mobilisations collectives

Abstract

By contrast with traditional industrial organisation, immaterial labour within the academic and artistic fields is characterized by a fragmentation of the spatiotemporal frameworks of activity and by a dilution of labour collectives. Strikes fundamentally have political goals which require strong media coverage to dramatize the organized uncertainty of the future. However, their efficacy is limited by a rupture in the service relationship linking academics and artists to students and audience. On the one hand, the professionals disappear from the spaces of work and social struggle, while activities continue in multiple locations, in which case strikes become nothing more than partial interruptions of activities. On the other hand, they come into conflict with the dominant principles of their respective fields, which preclude any real breakdown in this service relationship. In the academic field, for example, university teachers continue to maintain certain classes and exams, since they would otherwise run the risk of radical isolation from students and their families.

Keywords : Strike, University, Symbolic Activity, Immaterial Labour, Entertainment Workers, Collective Actions

Lire l’article : http://sdt.revues.org/722

<—

Gouverner avec tact et mesure. L’ajustement des budgets hospitaliers à la marge (1983-2003)

Measured Governance : The Soft Adjustment of Hospitals Budgets (1983-2003)

Pierre-André Juven

Résumé

Entre 1983 et 1996, l’administration française et des chercheurs en gestion mettent au point un système d’information et élaborent une étude de coûts par groupes de séjours hospitaliers afin de réallouer des budgets considérés comme inégalement répartis. Jamais jusqu’alors l’hôpital n’avait fait l’objet d’une attention métrologique aussi importante et d’une volonté de régulation gestionnaire aussi marquée. Alors que le système d’information a fait l’objet de nombreux travaux, cet article étudie comment l’étude de coûts a été inventée et quels modes de gouvernement des budgets hospitaliers elle a rendus possibles. Nous montrons que cette étude a été utilisée selon deux logiques différentes : la première a consisté en un ajustement des budgets hospitaliers à la marge, la seconde a mis en œuvre une tarification à l’activité. En se penchant sur le détail des rouages de cette étude et sur les acteurs l’ayant élaborée, on comprend que la première logique a été sous-tendue par l’idée d’un gouvernement avec tact et mesure des budgets hospitaliers, ceci notamment du fait du rôle de chercheurs en gestion impliqués dans cette invention et conseillant à l’administration d’user avec prudence des résultats des calculs de coûts hospitaliers du fait des incertitudes dont ils sont porteurs.

Mots-clés : Hôpital public, Système d’information, Calcul de coûts, Allocation budgétaire, Instrument d’action publique, Gouvernement par les budgets

Abstract

From 1983 to 1996, the French administration and management researchers developed an information system and cost accounting regime for hospitals, in order to reallocate unevenly distributed budgets. Never before in France had the hospital been the focus of such significant metrological attention and such a marked concern for management regulation. While the information system has attracted extensive scholarly attention, this article studies the invention of cost accounting as applied to grouped hospital stays and the methods of governing hospital budgets made possible by it. We show that cost accounting has been used to pursue two different approaches to the reallocation of hospital funds : budget adjustment and a pricing payment system. By looking at the developers and development of cost accounting, the study shows how budget adjustment has been used as a form of soft hospital management, and how this first logic of adjustment can be explained by the metrological prudence of managerial researchers in the 1980s and 1990s.

Keywords : Public Hospitals, Information System, Cost Accounting, Resource Allocation, Tool of Government, Government by Budgets

Lire l’article : http://sdt.revues.org/765

<—

L’émergence des pâtissiers de restaurant. Sociologie d’une segmentation professionnelle

The Emergence of Restaurant Pastry Chefs. Sociology of a Professional Segmentation

Thomas Collas

Résumé

L’article décrit l’émergence des pâtissiers de restaurant en France comme un cas de segmentation professionnelle. Le propos repose sur l’analyse croisée d’entretiens et d’archives, issues principalement de la presse professionnelle. À la faveur de la diffusion d’une nouvelle catégorie d’apprêts sucrés (les desserts à l’assiette) dans les années 1980, la production de desserts en restaurant — c’est-à-dire son contenu, son organisation et ses conventions esthétiques — est décrite sous un jour nouveau, par contraste avec le travail pâtissier en boutique comme avec le travail cuisinier. Dès les années 1990 et à partir de ces mutations du dessert en restaurant, la catégorie « pâtissiers de restaurant » fait l’objet de revendications consonantes de la part de plusieurs collectifs dédiés, qui avancent alors une définition renouvelée du travail pâtissier. À partir de la fin des années 1990, ces revendications trouvent un écho inédit dans les descriptions du travail pâtissier que propose le syndicat national des propriétaires de boutiques de pâtisserie. Dans la description de ce cas, la segmentation professionnelle est définie non par l’inclusion de plusieurs segments dans une même tierce forme, mais comme une mutuelle dépendance entre formes professionnelles, ici entre pâtissiers de restaurant et pâtissiers de boutique.

Mots-clés : Segmentation, Professions, Groupes professionnels, Revendications de juridiction, Presse professionnelle, Pâtisserie, Restaurant

Abstract

Drawing on a combination of interviews and archive materials, mainly from the trade press, this article describes the emergence of restaurant pastry chefs in France as a case of professional segmentation. Following the spread of a new category of sweet preparations (plated desserts) in the 1980s, dessert production in restaurants — that is to say the content, organization and aesthetic conventions of the activity — is described from a new perspective, contrasted with the work of cooks and pastry shop workers. Since the 1990s, in response to this evolution in restaurant desserts, specialist associations have formed to claim a jurisdiction for “restaurant pastry chefs” (pâtissiers de restaurant), advancing a new definition of pastry work. Since the late 1990s, these claims have been echoed by the descriptions of pastry work proposed by the French federation of pastry shop owners. In the description of this case, the paper argues that professional segmentation should not be defined as the incorporation of several segments within a third form, but as the emergence of mutual dependency between several professional forms, such as between restaurant pastry chefs and pastry shops owners.

Keywords : Segmentation, Professions, Occupations, Jurisdictional Claims, Trade Press, Pastry, Restaurant

Lire l’article : http://sdt.revues.org/736

<—

Le nouveau régime de responsabilité parentale dans l’autisme

The New Regime of Parental Responsibility in Autism

Céline Borelle

Résumé

En s’appuyant sur une enquête ethnographique menée dans un centre de diagnostic spécialisé sur l’autisme (mars-août 2009), cet article constate un changement du régime de responsabilité parentale dans l’autisme : le passage d’une responsabilité rétrospective et malgré soi, concernant les troubles de l’enfant, à une responsabilité prospective et volontaire dans l’action, relative au devenir de l’enfant. Le premier régime responsabilise a priori et de façon inconditionnelle ; le second responsabilise sous condition, en s’appuyant sur une évaluation de la compétence parentale. Cet article étudie les implications de ce nouveau régime de responsabilité : permet-il un accroissement de la capacité d’agir des parents ? Ou bien est-ce une forme renouvelée de culpabilisation qui perpétue de manière différente un rapport de force défavorable avec les professionnels de santé ? Nous analysons d’abord l’injonction faite aux parents d’assumer une responsabilité prospective. Nous nous interrogeons ensuite sur le caractère socialement situé de la compétence parentale attendue par les professionnels de santé. Nous nous intéressons enfin aux modalités d’ajustement et aux critiques de cette responsabilité par les parents.

Mots-clés : Autisme, Handicap, Pédopsychiatrie, Responsabilisation, Compétence parentale, Critique

Abstract

Drawing on an ethnographic survey conducted in a diagnostic centre specialising in autism (March-August 2009), this article observes a change in the regime of parental responsibility in autism : a shift from retrospective and unwitting parental responsibility for the child’s disorders, to prospective and voluntary responsibility for the child’s developmental trajectory. The first regime holds parents responsible a priori and unconditionally ; the second is conditional, based on an assessment of parental competence. This article seeks to analyse the implications of this new regime of responsibility. Does it enhance the ability of parents to take action ? Or is it a renewed form of guilt that perpetuates in a different way an unfavourable balance of power with health professionals ? First, we study the pressure on parents to take responsibility for the developmental trajectory of the child. We then explore the socially situated character of the parental competence expected by health professionals. Finally, we analyse the modalities of adjustment and parental criticisms of this new regime of responsibility.

Keywords : Autism, Disability, Child Psychiatry, Responsibility, Parental Competence, Criticism

Lire l’article : http://sdt.revues.org/751


<—

Comptes rendus

(cliquez sur le titre du compte-rendu pour accéder au texte intégral)

Tom Boland, Ray Griffin (dir.), The Sociology of Unemployment, Manchester University Press, Manchester, 2015, 272 p.
Didier Demazière

Christèle Meilland et François Sarfati (dir.), Accompagner vers l’emploi. Quand les dispositifs publics se mettent en action, Peter Lang, Bruxelles, 2016, 276 p.
Morgane Kuehni

Annie Thébaud-Mony, Philippe Davezies, Laurent Vogel et Serge Volkoff (dir.), Les risques du travail. Pour ne pas perdre sa vie à la gagner, La Découverte, Paris, 2015, 608 p.
Arnaud Mias

Marie-Anne Dujarier, Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, La Découverte, Paris, 2015, 264 p.
Jean-Marie Pillon

Florence Eloy, Enseigner la musique au collège. Cultures juvéniles et culture scolaire, Presses universitaires de France, Paris, 2015, 210 p.
Anne Barrère

Altaïr Despres, Se faire contemporain. Les danseurs africains à l’épreuve de la mondialisation culturelle, Publications de la Sorbonne, Paris, 2016, 288 p.
Marie Buscatto

Philippe Steiner et Marie Trespeuch (dir.), Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale, Presses universitaires du Midi, Toulouse, 2015, 344 p.
Denis Colombi

Thomas Reverdy, La construction politique du prix de l’énergie. Sociologie d’une réforme libérale, Presses de Sciences Po, Paris, 2014, 320 p.
Jean Finez et Scott Viallet Thévenin

Benjamin Lemoine, L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’État et la prospérité du marché, La Découverte, Paris, 2016, 308 p.
Edoardo Ferlazzo

Nicolas Roussellier, La force de gouverner. Le pouvoir exécutif en France, XIXe-XXIe siècles, Gallimard, Paris, 2015, 848 p.
Damien Lecomte

Franz Schultheis et Kristina Schulz (dir.), Société à responsabilité limitée. Enquête sur la crise du modèle allemand, Raisons d’agir, Paris, 2015, 588 p.
Olivier Giraud

Albert Ogien et Sandra Laugier, Le principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, La Découverte, Paris, 2014, 220 p.
Sylvie Ollitrault

Nicolas Kaciaf, Les pages « Politique ». Histoire du journalisme politique dans la presse française (1945-2006), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013, 362 p.
Jérôme Berthaut

Benjamin Loveluck, Réseaux, libertés et contrôle. Une généalogie politique d’internet, Armand Colin, Paris, 2015, 368 p.
Michel Atten

Nathalie Heinich, Dans la pensée de Norbert Elias, CNRS Éditions, Paris, 2015, 160 p.
Claire Pagès