Accueil > Au sommaire > Vol. 58 - n°2 (avril-juin 2016)

Vol. 58 - n°2 (avril-juin 2016)

Articles

L’innovateur comme acheteur : Howard Head et l’invention des skis composites (1947-1949) — Franck Cochoy

La recette de la mondialisation. Sociologie du travail d’un organisateur de salon — Guillaume Favre et Julien Brailly

Produire « l’évidence ». Le travail d’appariement et de recrutement dans le monde du cinéma — Vincent Cardon

Note critique

Une structure sociale illisible ? Apports de la sociologie allemande contemporaine — Jay Rowell

Comptes rendus


Articles

L’innovateur comme acheteur : Howard Head et l’invention des skis composites (1947-1949)

The Innovator as a Buyer : Howard Head and the Invention of Composite Skis (1947-1949)

Franck Cochoy

Résumé

L’article entend contribuer à une sociologie économique de l’innovation en montrant qu’un innovateur est aussi, nécessairement, un acheteur, dans la mesure où celui qui innove ne peut rien inventer sans puiser une partie de ses ressources sur le marché des matières premières, fournitures et prestations en tous genres nécessaires au développement de son projet. Ce faisant, l’innovateur fait des achats une composante essentielle de l’innovation, jusqu’à enrôler, au moins partiellement, ses fournisseurs comme co-innovateurs. La thèse soutenue s’appuie sur l’étude monographique de l’invention par l’entrepreneur américain Howard Head des skis composites aux États-Unis à la fin des années 1940. Après avoir justifié le choix de cet objet de recherche et présenté les données et la méthode mobilisées, l’auteur montre comment et pourquoi l’innovateur H. Head est aussi, nécessairement, un acheteur, et un acheteur dont les efforts, en dépit de ressources financières pourtant très limitées, n’ont paradoxalement jamais porté sur la négociation des prix. Puis il montre comment et pourquoi, en retour, l’attention constante de H. Head pour la qualité des fournitures et des prestations a transformé ses fournisseurs en co-innovateurs. Il est alors en mesure d’aborder en conclusion les enseignements plus généraux que pointent ces deux constats.

Mots clés : Innovation ; Marché ; Achats ; Sociologie économique ; Prix ; Qualité

Abstract

This paper seeks to contribute to an economic sociology of innovation. It does so by showing that an innovator is also, necessarily, a buyer. Indeed, the person who innovates cannot invent anything without extracting part of the resources they need from the market of supplies and services required for the development of their project. In so doing, the innovator transforms purchasing into an essential component of innovation. This may even lead them, at least partially, to co-opt their suppliers as co-innovators. This thesis is based on the study of the invention of composite skis by the American entrepreneur Howard Head in the late 1940s. After setting out the reasons for choosing this as an object of study and the data and method it relies on, the author shows how and why H. Head is not only an innovator, but also necessarily a buyer, and moreover a buyer whose efforts, despite very limited financial resources, were paradoxically never turned to the negotiation of prices. He then shows how and why, conversely, H. Head’s constant concern for the quality of supplies and services transformed his suppliers into co-innovators. In the concluding section, the author is then in a position to address the more general implications raised by these two findings.

Keywords : Innovation ; Market ; Purchases ; Economic Sociology ; Price ; Quality

DOI : 10.1016/j.soctra.2016.03.006


<—

La recette de la mondialisation. Sociologie du travail d’un organisateur de salon

A Recipe for Globalization : Sociology of a Trade Fair Organizer

Guillaume Favre et Julien Brailly

Résumé

Nous proposons dans cet article d’étudier la mondialisation des marchés à travers l’observation du travail de professionnels du marché dont l’activité consiste à organiser et animer des marchés internationaux. Nous étudions le cas de l’organisation d’un salon de distribution de programmes de télévision en Afrique sub-saharienne. Jusque dans les années 2000, les chaînes de télévision africaines obtenaient des programmes gratuitement par plusieurs canaux. De lentes évolutions réglementaires et infrastructurelles ont conduit ce secteur à adopter peu à peu un fonctionnement marchand. Ce salon participe à ce processus puisqu’il est le premier à regrouper des distributeurs internationaux et des chaînes africaines. Nous décrivons les tâches de l’organisateur du salon que nous présentons comme les ingrédients d’une recette de la mondialisation. Au-delà du travail d’organisation et de l’usage de dispositifs pour cadrer le marché, le cœur de son activité réside dans ce que nous appelons l’agencement culturel qui consiste à rendre compatibles les pratiques des acteurs locaux et internationaux. Étant dans une situation de marché biface, l’organisateur du salon considère les acheteurs du salon comme des produits qu’il faut vendre à des vendeurs. Ce travail d’agencement culturel est donc asymétrique et implique une adaptation des acheteurs africains aux pratiques des vendeurs internationaux. Nous montrons ainsi dans cet article que la mondialisation des marchés implique des coûts sociaux pour les acteurs les moins fortunés.

Mots-clés : Salons de professionnels ; Sociologie économique ; Agencement culturel ; Télévision ; Programmes de télévision ; Professionnels du marché ; Afrique sub-saharienne

Abstract

In this paper we study the globalization process through the observation of ‘market professionals’ whose business is to organize international marketplaces. We focus on the case of a trade fair for the distribution of TV programmes in sub-Saharan Africa. Until the 2000s, African TV channels had several ways to acquire programmes for free. This industry slowly became a market after political and infrastructural changes. This trade fair follows this process and is the first event to bring together international TV programme distributors and African TV channels. We describe the activities of the trade fair organizer, which can be described as the ingredients in a recipe for globalization. Beyond the use of devices to organize the market, the core of his business lies in what we call cultural agency. The goal is to bring the practices of local and international actors into alignment. But this is an example of what economists call a two-sided market and the organizer considers buyers of the trade-fair as products to be sold to sellers. As a result, this process of cultural agency is asymmetrical and requires African buyers to adapt their practices to international sellers. We thus show in this paper that market globalization entails social costs for the poorer players.

Keywords : Trade Fairs ; Economic Sociology ; Cultural Agency ; Television ; Television Programs ; Market Professionals ; Sub-Saharan Africa

DOI : 10.1016/j.soctra.2016.03.020


<—

Produire « l’évidence ». Le travail d’appariement et de recrutement dans le monde du cinéma

Producing the Obvious : The Matching and Hiring Work of Middlemen in the French Film Industry

Vincent Cardon

Résumé

Le recrutement des comédiens dans le monde du cinéma implique deux intermédiaires : les agents artistiques et les directeurs de casting. L’analyse se focalise sur leur travail et leurs relations pour montrer les effets de cette intermédiation sur la distribution finale des rôles et sur la structuration du marché du travail. Impliqués dans les dispositifs et épreuves qui jalonnent le processus de recrutement, les directeurs de casting sont, avec les agents, des opérateurs centraux de la négociation des identités artistiques des acteurs et leur présence constitue une barrière à l’entrée sur le marché. Leur position professionnelle et la logique de leurs carrières en font par ailleurs les agents à la fois d’un renforcement et d’un renouvellement à la marge des hiérarchies sur le marché du travail des comédiens. Les différentes parties prenantes du recrutement des comédiens visent « l’évidence », ou à tout le moins la crédibilité de la distribution. Nous montrons le caractère itératif de la construction de cette « évidence », et ce qu’elle engage en termes d’anticipations, de relations de pouvoir et de jugements, professionnels et sociaux.

Mots clés : Recrutement ; Appariement ; Intermédiaires ; Directeurs de casting ; Cinéma ; Sociologie économique

Abstract

In the French film industry, the hiring of actors involves two intermediaries : talent agents and casting directors. This article focuses on their work and relationships in order to examine the effects of this intermediation on final casts and on the structure of the labour market in the feature film market. Along with talent agents, casting directors are gatekeepers. Their participation in the various stages of the hiring process makes them key players in the negotiation and definition of the artistic identity of actors, and their professional role and career objectives contribute to both the reinforcement and renewal of the prevailing hierarchies in the labour market. Assembling a cast is envisaged not only as a recruitment process but also as an intermediate production that is crucial to the identity of a film. The various stakeholders involved seek to establish the “obviousness” or, at least, the credibility, of the cast. We show that achieving this “obviousness” is an iterative process that entails anticipations, power relationships and professional and social judgments.

Keywords : Recruitment ; Matching ; Intermediaries ; Casting Directors ; Film Industry ; Economic Sociology.

DOI : 10.1016/j.soctra.2016.03.019

<—


Note critique

Une structure sociale illisible ? Apports de la sociologie allemande contemporaine

An Opaque Social Structure ? Contributions of Contemporary German Sociology

Jay Rowell

Résumé

Cette note critique s’appuie sur la présentation de trois ouvrages récents adoptant des méthodologies distinctes, mais complémentaires, qui tentent de saisir les mutations contemporaines de la société allemande. Plus largement, il s’agit de discuter et de contextualiser les spécificités du regard de la sociologie allemande sur les inégalités et stratifications sociales ainsi que les transformations des conditions de travail et d’emploi. Les trois ouvrages discutés sont : Berthold Vogel, Wohlstandskonflikte. Soziale Fragen, die aus der Mitte kommen (Conflits de prospérité. Les questions sociales issues du milieu) ; Franz Schultheis, Berthold Vogel, Michael Gemperle (dir.), Ein halbes Leben. Biografische Zeugnisse aus einer Arbeitswelt im Umbruch (La moitié d’une vie. Témoignages biographiques d’un monde du travail en mutation) ; Philipp Staab, Macht und Herrschaft in der Servicewelt (Pouvoir et domination dans le monde des services).

Mots clés : Sociologie ; Stratification sociale ; Travail ; État ; Salariat ; Allemagne ; Domination

Abstract

The article is based on three recent books which develop distinct, yet complementary methodologies to the contemporary changes of German society. More generally, the article seeks to discuss and contextualize the specific approach of German sociology to social stratification and inequalities as well as transformations of working conditions. The three books are : Berthold Vogel, Wohlstandskonflikte. Soziale Fragen, die aus der Mitte kommen (Conflicts of prosperity. Social Questions arising from the Middle Classes) ; Franz Schultheis, Berthold Vogel, Michael Gemperle (Eds), Ein halbes Leben. Biografische Zeugnisse aus einer Arbeitswelt im Umbruch (Half a life. Biographical Testimonies on the Upheavals in the Workplace) ; Philipp Staab, Macht und Herrschaft in der Servicewelt (Power and Domination in the Service sector).
Keywords : Sociology ; Social stratification ; Work ; the State ; Employment ; Germany ; Domination

DOI : 10.1016/j.soctra.2016.03.018

<—


Comptes rendus

What About Mozart ? What About Murder ? Reasoning from Cases, H. S. Becker. The University of Chicago Press, Chicago and London (2013). 206 p.
Joëlle Morrissette

Logique de classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale, M. Lallement. Les Belles lettres, Paris (2015). 384 p.
Baptiste Coulmont

Sociologie des classes populaires contemporaines, Y. Siblot, M. Cartier, I. Coutant, O. Masclet, N. Renahy. Armand Colin, Paris (2015). 368 p.
Henri Eckert

Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, B. Lahire. La Découverte, Paris (2015). 600 p.
Aziz Jellab

La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives, L. Jeanpierre, O. Roueff (Eds). Éditions des archives contemporaines, Paris (2014). 268 p.
Aurélie Pinto

Cultures physiques. Le rugby de Samoa, J. Clément. Éditions rue d’Ulm, Paris (2014). 248 p.
Julien Bertrand


Professeurs débutants. Les épreuves de l’enseignement, P. Périer. Presses universitaires de France, Paris (2014). 204 p.
Marie-Pierre Moreau

Devenir élue. Genre et carrière politique, M. Navarre. Presses universitaires de Rennes, Rennes (2015). 258 p.
Didier Demazière

Le genre du mal-être au travail, R. Bercot (Ed.). Octarès, Toulouse (2015). 222 p.
Fanny Vincent

Le linge du Palais-Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique, D. Gardey. Éditions du Bord de l’eau, Lormont (2015). 232 p.
Etienne Ollion

Flexibilité des chômeurs, mode d’emploi. Les conseillers à l’emploi à l’épreuve de l’activation, L. Lavitry. Presses universitaires de France, Paris (2015). 240 p.
Ken Fukuhara

Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales, P. Godard, A. Donzel. Syllepse, Paris (2014). 232 p.
Delphine Corteel


L’entreprise dans la société. Une question politique, M. Capron, F. Quairel-Lanoizelée. La Découverte, Paris (2015). 280 p.
Élise Penalva

Surveiller et récompenser. Les cartes de fidélité qui nous gouvernent, S. Coll. Seismo, Genève (2015). 348 p.
Jean-Sébastien Vayre

The Power of Inaction. Bank Bailouts in Comparison, C. Woll. Cornell University Press (2014), 224 p.
Paul Lagneau-Ymonet

Énergie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, J. Cihuelo, A. Jobert, C. Grandclément (Eds). Lavoisier, Paris (2015). 260 p.
François-Mathieu Poupeau

Sociologie politique de la santé, H. Bergeron, P. Castel. Presses universitaires de France, Paris (2015). 480 p.
Lynda Sifer-Rivière

L’immigration ou Les paradoxes de l’altérité. Tome 3 : La fabrication des identités culturelles, A. Sayad. Raisons d’agir, Paris (2014). 208 p.
Angéline Escafré-Dublet

<—