Accueil > Au sommaire > Vol. 57 - n°4 (octobre-décembre 2015)

Vol. 57 - n°4 (octobre-décembre 2015)

Numéro spécial

Produire la performance sportive

Introduction

La performance sportive comme travail — Didier Demazière, Fabien Ohl et Olivier Le Noé

Articles

Des sportifs sans qualité ? Genèse du modèle étatique de production de l’élite sportive française — Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté

Le marché du travail cycliste comme économie des singularités — Nicolas Lefèvre

Les équipes cyclistes « professionnelles » face aux nouvelles injonctions au professionnalisme — Olivier Aubel, Brice Lefèvre et Fabien Ohl

La co-production de la performance arbitrale de haut niveau : le cas du rugby — Géraldine Rix-Lièvre, Simon Boyer, Fatia Terfous, Fabien Coutarel et Pascal Lièvre

Les dispositifs de prise de risques dans le rugby professionnel — Sébastien Dalgalarrondo

Veni, vidi, lusi. L’énigme du loyalisme des judokates de haut niveau — Olivier Le Noé


La performance sportive comme travail

Sports Performance as Work

Didier Demazière, Fabien Ohl et Olivier Le Noé

Résumé
Au cours des dernières décennies, les recherches articulant sport et travail se sont beaucoup développées. Elles portent sur un large ensemble de questions comme le fonctionnement des organisations sportives, les carrières des sportifs de haut niveau, la croissance d’un secteur économique et de métiers de l’intervention sportive, les migrations internationales des sportifs, les discriminations sexuelles ou raciales dans l’accès aux marchés du travail sportif, etc. Ici nous mettons l’accent sur une dimension, centrale, des activités sportives : la compétition. Et notre objectif est d’analyser les mécanismes de production de la performance sportive. Nous considérons celle-ci comme le résultat d’un travail qui n’engage pas les seuls sportifs, avec leurs aptitudes, qualités ou capacités individuelles. Nous la définissons comme une activité collective, qui mobilise une pluralité d’acteurs, institutions, organisations. À travers une variété d’opérations de jugement, d’évaluation, de reconnaissance, de qualification, de cotation, de sélection, ces acteurs contribuent, de manière directe et décisive, à produire la performance sportive. En présentant des travaux empiriques qui argumentent cette problématique et la mobilisent dans des domaines variés (cyclisme, rugby, judo, etc.), nous invitons au développement de recherches sur le travail sportif.

Mots clés : Sport ; Performance ; Compétition ; Travail ; Évaluation ; Entraînement.

Abstract
In recent decades, there has been much development in research connecting sport and work. It covers a wide range of questions such as how sports organisations operate, the careers of top-level athletes, the growth of an economic sector and its specific jobs, the international migrations of athletes, sexual or racial discrimination in access to the labour market in sport, etc. Here, we place the emphasis on one central dimension of sports activities : competition. Our objective is to analyse the mechanisms of production of sports performance. We consider this to be the outcome of work that does not only involve athletes, with their individual skills, qualities or capacities. We define it as a collective activity that marshals multiple actors, institutions, organisations. Through a variety of activities of judgement, evaluation, recognition, qualification, classification and selection, these actors contribute directly and decisively to producing sports performance. By presenting empirical work that discusses this issue and applies it in varied domains (cycling, rugby, judo, etc.), we call for the development of research into work in sport.

Keywords : Sport ; Performance ; Competition ; Work ; Evaluation ; Training.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.001

<—

Des sportifs sans qualité ? Genèse du modèle étatique de production de l’élite sportive française

Athletes Without Quality ? Genesis of the State Model for the Production of France’s Sporting Elite

Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté

Résumé
Cet article s’intéresse au modèle français de production et de prise en charge de l’élite sportive en se focalisant sur la genèse du statut de sportif de haut niveau conçu comme une catégorie d’action publique apparue officiellement en 1975. Il s’efforce de lier le contenu de la politique menée — sa forme et ce sur quoi elle débouche — avec le contexte dans lequel elle émerge et avec les propriétés des acteurs engagés dans sa production. C’est donc en revenant sur les conditions d’invention de ce statut que l’article rend compte de ce qui le caractérise. Deux dimensions centrales sont ainsi mises en évidence. Premièrement, le fait que ce statut ait été porté par une nouvelle génération de dirigeants avant tout soucieux de rénover l’organisation sportive en France conduit à ce que les sportifs en activité ne participent pas à son élaboration. Deuxièmement, le fait que ce statut ait pour visée de favoriser la performance et qu’il s’élabore dans un système de fortes contraintes nationales et internationales — qui interdisent aussi bien le recours au professionnalisme que le modèle des « sportifs d’État » — conduit à ce que ce statut soit défini en creux, par rejet de ce que ses promoteurs ne veulent pas. L’institutionnalisation du statut « par en haut » et « par défaut » explique que sa définition relève bien plus du souhait de permettre aux sportifs de s’adonner pleinement à la pratique que de la volonté de leur fournir un cadre protecteur sur le plan social.

Mots clés : Sport de haut niveau ; Statut ; Action publique ; Genèse ; Dirigeants.

Abstract
This article explores the French model for the production and management of the sporting elite, focusing on the genesis of the status of high-level athlete conceived as a category of public policy that officially appeared in 1975. It attempts to link the content of the policy — its form and outcome — with the context in which it emerges and with the properties of the actors involved in its production. The article thus identifies what characterises this status by returning to the conditions under which it was invented. Two central dimensions are highlighted. First, the fact that this status was backed by a new generation of managers primarily interested in renovating the organisation of sport in France, means that current athletes were not involved in its development. Secondly, the fact that the purpose of this status is to boost performance and that it was developed within a system of strong national and international constraint — which prohibited both professionalism and the “state athlete” model — led to this status being defined in negative terms, by the rejection of what its supporters wished to avoid. The “top-down” and “by default” way in which the status was institutionalised explains that its definition has much more to do with the desire to enable athletes to dedicate themselves fully to practice, than with the wish to give them a protective social framework.

Keywords : High-Level Sport ; Status ; Public Policy ; Genesis ; Managers.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.007

<—

Le marché du travail cycliste comme économie des singularités

The Cycling Job Market as an Economy of Singularities

Nicolas Lefèvre

Résumé
La régulation des marchés du travail sportif est souvent perçue comme résultant d’échanges parfaitement ajustés entre l’offre et la demande, c’est-à-dire étalonnés de manière cohérente entre une performance sportive et un prix pour celle-ci. Relevant d’une théorie néoclassique de l’économie, ce type d’approche montre pourtant plusieurs limites que le présent article entend dépasser en proposant une analyse du marché du travail cycliste en termes d’économie des singularités. À ce titre, la recherche questionne les dynamiques de valorisation des compétences des coureurs sur ce marché du travail et les procédures collectives de qualification utilisées par les employeurs afin de détecter, choisir et engager contractuellement un coureur. Il est montré que les mécanismes permettant aux employeurs de lever l’incertitude sur les singularités des coureurs s’appuient sur des dispositifs de jugement formels et informels et sur des dispositifs de confiance. Les résultats soulignent en ce sens que les logiques de marché sont aussi des logiques de réseaux permettant aux coureurs de faire reconnaître et valoriser leurs compétences auprès des employeurs. L’article insiste en outre sur le fait que la formation des prix ne repose pas uniquement sur le palmarès accumulé par les coureurs, mais qu’elle s’ajuste aux convictions communes qui fondent la culture professionnelle et la division du travail.

Mots clés : Cyclisme ; Marché ; Singularités ; Réputation ; Confiance ; Sport.

Abstract
The regulation of sports job markets is often perceived to be the result of perfectly adjusted interaction between offer and demand, i.e. coherently calibrated between a sporting performance and a price for said performance. Based on a neoclassical economic theory, this type of approach has several limitations which this article hopes to overcome by proposing an analysis of the cycling job market in terms of the economics of singularities. To this end, the research questions the dynamics of the valorisation of cyclists’ skills in this job market and the collective qualification procedures that employers use to spot, choose and contractually engage riders. The article shows that the mechanisms which allow employers to remove uncertainty about riders’ singularities are based on formal and informal judgement devices and on trust devices. In this sense the results highlight the fact that market logics are also network logics which allow riders to showcase their abilities and gain recognition from employers. The article also underscores the fact that price setting is not based solely on the track record of the riders ; it adjusts to the common convictions which form the basis of professional culture and work division.

Keywords : Cycling ; Market ; Singularities ; Reputation ; Confidence ; Sport.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.002

<—

Les équipes cyclistes « professionnelles » face aux nouvelles injonctions au professionnalisme

“Professional” Cycling Teams Faced with New Imperatives to Maintain Professionalism

Olivier Aubel, Brice Lefèvre et Fabien Ohl

Résumé
La médiatisation des affaires de dopage a rendu accessibles au public les coulisses de la production de la performance des cyclistes. Confrontées à des contraintes de visibilité de leurs pratiques, les équipes doivent désormais produire des performances crédibles tout en affirmant une identité professionnelle acceptable. Les équipes du cyclisme professionnel sont inégalement armées pour faire face à cette nouvelle donne. Celles qui disposent de ressources technoscientifiques importantes, qui sont adossées à des sponsors aux visées mondiales et sont moins liées à leurs ancrages territoriaux, s’y adaptent plus facilement. Certaines de ces équipes mondialisées font évoluer les normes de production de la performance ; elles contribuent ainsi à réduire l’autonomie du travail des autres équipes et modifient ce que signifie être une équipe professionnelle. Dans cet article, on identifie d’abord les changements structurels, en particulier en termes de visibilité et d’antidopage, qui bouleversent le travail de production de la performance. On s’efforce ensuite de comprendre comment les équipes s’adaptent à ces changements en adoptant de nouvelles modalités de production. Enfin, on analyse les effets de ces adaptations sur la charge de travail des coureurs et les performances produites.

Mots clés : Cyclisme ; Professionnalisme ; Organisation ; Dopage ; Performance ; Sport.

Abstract
Media coverage of doping scandals has taken the general public behind the scenes of performance production in cycling. Now that their practices have been made visible, teams are obliged to produce credible performances whilst at the same time asserting an acceptable professional identity. Professional cycling teams are unequally placed to deal with this new situation. Those with significant techno-scientific resources, backed by sponsors with global objectives and who are less attached to their local roots, find it easier to adapt. Some of these globalised teams evolve the standards of performance production ; they thus contribute towards reducing the work autonomy of the other teams and modify what it means to be a professional group. In this article we first identify the structural changes — particularly in terms of transparency and doping prevention — that have turned performance production upside down. We then strive to understand how teams are adapting to these changes by adopting new production methods. Finally, we analyse the effects of these adaptations on the riders’ workloads and on the performances produced.

Keywords : Cycling ; Professionalism ; Organisation ; Doping ; Performance ; Sport.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.006

<—

La co-production de la performance arbitrale de haut niveau : le cas du rugby

The Co-Production of Top-Level Refereeing Performance : The Case of Rugby

Géraldine Rix-Lièvre, Simon Boyer, Fatia Terfous, Fabien Coutarel et Pascal Lièvre

Résumé
Si l’arbitrage contribue à la performance des sportifs, l’arbitre de haut niveau doit lui aussi produire une performance. Cet article interroge les conditions de la construction de cette performance en étudiant le cas de l’arbitrage en rugby. Plutôt que de tenter d’identifier des facteurs de performance, nous étudions l’arbitrage dans son contexte de pratique, et développons ainsi une approche de l’activité arbitrale. Nous établissons que la performance arbitrale procède, sur le terrain, d’une co-production. Nous montrons tout d’abord en quoi les modes de coordination entre l’arbitre et les joueurs participent de la performance produite. Ensuite, nous interrogeons la manière dont cette prestation est évaluée. Deux modalités d’évaluation pèsent sur l’arbitrage de haut niveau : une évaluation officielle institutionnelle, produite par un superviseur, et une évaluation publique, proposée par la presse. Leur examen permet de mettre en évidence la variabilité et la disparité des critères d’évaluation de la performance arbitrale de haut niveau.

Mots clés : Arbitre ; Activité ; Évaluation ; Performance ; Rugby ; Sport.

Abstract
Whilst refereeing contributes towards athletes’ performances, top-level referees must also produce a performance. This article looks at the process underlying such performances by examining the case of rugby refereeing. Rather than trying to identify performance factors, we focus on refereeing in terms of its practices. We establish the fact that, on the field, refereeing performance is a co-production. First and foremost, we show how modes of coordination between the referee and the players are part of the performance produced. We then look at how this performance is assessed. Two modes of evaluation weigh upon top-level refereeing : an official institutional evaluation made by a supervisor, and a public evaluation provided by the press. Their examination highlights the variability and disparity in the criteria used to assess top-level refereeing performance.

Keywords : Referee ; Practice ; Evaluation ; Performance ; Rugby ; Sport.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.005

<—

Les dispositifs de prise de risques dans le rugby professionnel

Risk-Taking Apparatus in Professional Rugby

Sébastien Dalgalarrondo

Résumé
Cet article aborde la question de la performance sportive dans le rugby professionnel par l’analyse du réseau d’acteurs qui accompagne l’athlète au quotidien. Ce réseau composite comprend des entraîneurs, des préparateurs physiques, des médecins ou des kinésithérapeutes. Dès lors, l’enjeu structurant pour ses membres réside dans leur capacité à se coordonner, à agencer des expertises hétérogènes, à gérer des temporalités enchâssées afin que le travail de préparation physique et la démarche de prévention fusionnent dans un dispositif de prise de risque. Nous rendrons compte dans un premier temps des éléments saillants de la culture du risque au sein de laquelle les membres du staff et les joueurs évoluent. Puis l’analyse des instruments de surveillance et de contrôle permet de saisir les conditions de production de cette santé libre de l’athlète en quête de dépassement. La dernière partie, consacrée aux enjeux organisationnels de cette prise en charge en réseau, permet d’aborder la question de l’efficience de ces laboratoires de la performance sportive.

Mots clés : Prise de risque ; Dispositif ; Sport ; Performance ; Santé ; Rugby.

Abstract
This article looks at the issue of sporting performance in professional rugby, analysing the network of actors who accompany athletes on a day-to-day basis. This composite network is comprised of coaches, physical trainers, doctors or physiotherapists. That being the case, the structuring challenge for its members lies in their capacity to coordinate, to organise heterogeneous skills and to manage time slots so that physical preparation and prevention strategy meld together in a risk-taking apparatus. We begin by taking account of the salient elements of the risk culture within which staff and players work. An analysis of monitoring and assessment instruments then allows us to identify the conditions for producing the free health of athletes striving for ever-improved performances. The final section of the article is devoted to the organisational challenges of this network management, and enables us to tackle the question of the efficiency of these sporting performance laboratories.

Keywords : Risk-taking ; Apparatus ; Sport ; Performance ; Health ; Rugby.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.004

<—

Veni, vidi, lusi. L’énigme du loyalisme des judokates de haut niveau

Veni, Vidi, Lusi. The Enigma of Loyalism amongst High-Level Judokas

Olivier Le Noé

Résumé
À partir du cas du judo féminin de haut niveau, l’étude du fonctionnement concret de l’institution sportive donne à voir les effets de mécanismes de production du loyalisme. Elle montre comment, au terme d’un parcours d’intégration mêlant enchantement, confinement et désenchantement, l’institution est incorporée par les athlètes de haut niveau. Or, le développement contemporain d’un système d’indexation de la performance tendant à ne valoriser que les leaders de la hiérarchie sportive affecte l’évolution des dispositions individuelles au loyalisme. Ses effets modifient le climat général des relations entre athlètes au point d’y introduire des lignes de clivage sapant une partie des fondements de l’attachement à l’organisation de production de la performance sportive. De la sorte, les dispositions initiales au loyalisme en partie façonnées par l’institution fédérale sont par la suite subverties par la production de dichotomies internes à la communauté de pratiquantes. Un redéploiement des loyautés engendre un nouvel équilibre où le « double-je » des acteurs vise la prolongation d’une situation d’apesanteur sociale. Les sportives se réapproprient en fait les codes de la loyauté envers l’institution fédérale en les adaptant selon les publics et les situations. En montrant cela, l’analyse prend à revers les perspectives qui décrivent sous un angle homogène le modelage institutionnel.

Mots clés : Sport ; Loyalisme ; Institution ; Performance ; Organisation ; Acculturation.

Abstract
Drawing on the case of high-level women’s judo, this study of the practical operation of the sports institution shows the effects of loyalism generating mechanisms. It shows how, at the end of a process of integration that combines enchantment, containment and disillusionment, the institution is internalised by high-level athletes. However, the modern development of a performance ranking system that tends to value only leaders in the sports hierarchy is affecting the development of individual dispositions to loyalism. Its effects modify the general climate of relations between athletes, to the point that it introduces faultlines into some of the foundations of the attachment of the organisation that produces sports performance. In this way, the initial dispositions to loyalism partly shaped by the federal institution are subsequently subverted by the production of dichotomies within the practitioner community. A restructuring of loyalties produces a new balance in which the “dual self” of the actors seeks to prolong a situation of social zero-gravity. In fact, athletes reappropriate the codes of loyalty towards the federal institution, while adapting them to people and contexts. In showing this, the analysis reverses the perspectives that describe the institutional modelling from a uniform angle.

Keywords : Sport ; Loyalism ; Institution ; Performance ; Organisation ; Acculturation.

DOI : 10.1016/j.soctra.2015.09.003

<—