Accueil > Au sommaire > Vol. 57 - n°1 (janvier-mars 2015)

Vol. 57 - n°1 (janvier-mars 2015)

Numéro spécial :

PARTICIPER. POUR QUOI FAIRE ?


Introduction

Réinventer le travail par la participation. Actualité nouvelle d’un vieux débat — Anni Borzeix, Julien Charles, Bénédicte Zimmermann

Articles

Les ambivalences de la démarche participative dans l’administration. Le cas de la fusion au sein de la Direction générale des finances publiques (2007-2012) — Alexis Spire

Participer pour rendre le travail possible. Les staffs en unités de soins palliatifs — Florent Schepens

Participer pour dépasser la condition salariale : les journalistes en quête d’indépendance — Camille Dupuy

Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste — Geneviève Pruvost

VARIA

Le travail des conseillers agricoles entre prescription technique et mobilisation politique (1950-1990) — Sylvain Brunier

Comptes rendus





Introduction

Réinventer le travail par la participation. Actualité nouvelle d’un vieux débat
Reinventing Work through Participation. Old Debates, New Perspectives
Anni Borzeix, Julien Charles, Bénédicte Zimmermann

Résumé
Ouverture vertueuse aux voix de chacun pour certains, la participation au travail s’apparente pour d’autres à une forme sournoise de domination consentie. Dépasser cette opposition suppose d’abord de s’enquérir de ce que participer veut dire dans un environnement caractérisé par l’asymétrie de la relation salariale, et d’en identifier les ambiguïtés constitutives. Il importe, ensuite, de se doter d’outils permettant de problématiser les rapports entre travail et démocratie, non pas de manière abstraite et générale, mais au plus près d’expériences concrètes de travail et de participation. Pour ce faire, nous proposons d’appréhender, à la suite de John Dewey, la participation selon une logique de l’enquête et de l’expérimentation plaçant chaque participant en position d’enquêteur appelé à s’enquérir de la meilleure manière de contribuer à une activité, de définir son contenu, les conditions et les attendus de sa réalisation, mais aussi ses finalités.
Mots clés : Activité ; Enquête ; Expérimentation ; Démocratie ; Participation ; Travail ; Responsabilité ; Pouvoir d’agir.

Abstract
Seen by some as a desirable opportunity, for others participation at work resembles an underhand form of domination by consent. Overcoming this polarity first requires to explore what participating means in an environment characterised by asymmetry in employees-employers relations, and to identify its constituent ambiguities. Next, we need to acquire the tools to define the issues in the relations between work and democracy, not generally and in the abstract, but in the practical experience of work and participation. To do this, we propose to follow John Dewey in addressing participation through the lens of enquiry and experimentation, placing each participant in the position of an investigator required to examine the best way to contribute to an activity, to define its content, conditions and outcomes, but also its purposes.
Keywords : Activity ; Empowerment ; Enquiry ; Experimentation ; Democracy ; Participation ; Work ; Responsibility.

DOI : 10.1016/j.soctra.2014.12.017


<—

Articles

Les ambivalences de la démarche participative dans l’administration. Le cas de la fusion au sein de la Direction générale des finances publiques (2007-2012)
The Ambivalences of the Participatory Approach in Government : The Case of the Merger within the French Central Public Finance Department (2007-2012)
Alexis Spire

Résumé
Cet article propose une analyse des formes et des effets du management participatif lorsqu’il est utilisé pour accompagner une réforme d’ampleur au sein de l’administration. Le cas de la fusion entre la Direction générale des impôts et la Direction générale de la comptabilité publique permet de montrer que l’incitation à participer est pour les réformateurs un moyen de mieux faire accepter le changement, dans une institution où les capacités de résistance interne sont plus fortes que dans le privé. Cet encouragement à la participation se décline différemment pour les cadres dirigeants, les cadres intermédiaires et les agents subalternes. Selon leur position dans la division du travail et selon leur trajectoire dans l’organisation, les fonctionnaires appréhendent diversement cette façon d’être enrôlés dans les réformes en cours.
Mots clés : Participation ; Réforme ; Fusion ; Administration fiscale ; Consentement ; Trajectoire.

Abstract
This article analyses the forms and effects of participative management when it is used to support large-scale reform within a government department. The case of the merger between France’s Central Taxation Department and Central Public Accounts Department shows that, for the reformers, the encouragement to participate is a way to increase the acceptance of change, in an institution where the capacities for internal resistance are greater than in the private sector. This encouragement to participate takes different forms for senior executives, management and ordinary staff. Depending on their position in the division of labour and their career path in the organisation, civil servants take a different view of this manner of being enrolled into the ongoing reforms.
Keywords : Participation ; Reform ; Merger ; Tax Administration ; Consent ; Career.

DOI : 10.1016/j.soctra.2014.12.004


<—

Participer pour rendre le travail possible. Les « staffs » en unités de soins palliatifs
Participating to Make Work Possible. Staff Meetings in Palliative Care Units
Florent Schepens

Résumé
Répondant à un mandat médical particulier — soigner sans guérir —, les professionnels de soins palliatifs font d’une partie du « sale boulot » hospitalier leur cœur de métier. Dans l’incapacité d’y faire face seuls mais aussi pour lutter contre la souffrance au travail, les médecins attendent des personnels paramédicaux qu’ils participent à l’élaboration du soin à travers des réunions pluridisciplinaires nommées « staff ». Cette participation modifie la division du travail habituellement en vigueur à l’hôpital, et entraîne des « charges de la participation » supplémentaires pour les paramédicaux. Mais dans le même temps, les staffs permettent aux paramédicaux de s’approprier les cadres culturels du soin palliatif. La participation est ici essentielle car c’est elle qui va rendre les cadres palliatifs opérationnels et le travail possible.
Mots clés : Appartenance ; Cosmologie ; Engagement ; Sale boulot ; Souffrance ; Sens du travail.

Abstract
Performing a particular medical role — caring without curing — palliative care professionals are a group which makes part of the “dirty work” in hospitals its core activity. Unable to cope with it alone, but also in order to combat suffering in the workplace, doctors expect paramedical employees to participate in drawing up care programmes through multidisciplinary staff meetings. This participation changes the division of labour usually applicable in hospitals, and places additional workload on paramedics. At the same time, however, these staff meetings are an opportunity for paramedics to adopt the cultural frameworks of palliative care. Participation here is essential, because it is this that keeps palliative units running and that makes working possible.
Keywords : Belonging ; Cosmology ; Commitment ; Dirty Work ; Suffering ; Meaning of Work.

DOI : 10.1016/j.soctra.2014.12.005


<—

Participer pour dépasser la condition salariale : les journalistes en quête d’indépendance
Participating to Go beyond Employee Status : Journalists Seeking Independence
Camille Dupuy

Résumé
Les journalistes constituent un groupe professionnel salarié tout en revendiquant, au nom de leur contribution à la démocratie, une autonomie d’exercice dans leur activité de travail. Pour résoudre cette ambivalence, les journalistes ont demandé à participer à la définition de la ligne éditoriale et des orientations stratégiques de leurs entreprises. L’objectif de cet article est de montrer comment des dispositifs de participation peuvent être utilisés par ces salariés pour dépasser leur condition même de salariés, en leur donnant une prise sur leur travail et sur leurs entreprises de manière à garantir leur indépendance. Le relatif échec de ces dispositifs dans les entreprises productrices d’information souligne les contradictions du salariat indépendant.
Mots clés : Journalistes ; Participation démocratique ; Participation financière ; Profession ; Salariat ; Entreprise.

Abstract
Journalists form a salaried professional group while — on the grounds of their contribution to democracy — demanding autonomy in their daily activities. In order to resolve this ambivalence, journalists asked to be involved in defining the editorial stance and strategic priorities of their companies. The aim of this article is to show how participatory processes can be used by these employees to go beyond the very conditions of their employee status, by giving them control over their work and their companies to guarantee their independence. The relative failure of these participatory processes in information producing companies highlights the contradictions of independent salaried employee status.
Keywords : Journalists ; Democratic Participation ; Financial Participation ; Profession ; Salaried Employment ; Company.

DOI : 10.1016/j.soctra.2014.12.018


<—

Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste
Participatory, Self-Managed, Collective Building Projects : When Every Act Is Politicised
Geneviève Pruvost

Résumé
Des partisans de l’utopie concrète, engagés dans la recherche de cohérence entre théories et pratiques écologiques, interrogent les notions de « participation » et de « travail » dans une perspective critique du développement industriel. Le travail est alors appréhendé comme une prise de position politique (écologique, libertaire). Dans le monde militant de l’écoconstruction, on étudiera les variantes de l’organisation des tâches dans des chantiers participatifs, autogérés et collectifs, que ce soit dans le cadre légal du bénévolat et d’une société coopérative et participative (SCOP) ou dans un contexte de lutte à Notre-Dame-des-Landes.
Mots clés : Division du travail ; Écologie ; Militantisme ; Écoconstruction ; Autogestion ; Zones à défendre (ZAD).

Abstract
Advocates of a practical utopia, committed to the search for consistency between ecological theories and practices, explore the notions of “participation” and of “work” from a critical perspective on industrial development. Work is then understood as the adoption of a political stance (ecological, libertarian). In the world of militant eco-construction, we study variations of the organisation of tasks in participatory, self-managed and collective building projects, whether in legal frameworks such as volunteering or worker-owned companies, or in the conflicting setting of Notre-Dame-des-Landes.
Keywords : Division of labour ; Ecology ; Activism ; Eco-Construction ; Self-Management ; Autonomous Resistance Zones (ZAD).

DOI : 10.1016/j.soctra.2014.12.006



<—


Varia

Le travail des conseillers agricoles entre prescription technique et mobilisation politique (1950-1990)
The Work of Agricultural Advisers : Between Technical Instruction and Political Mobilisation (1950-1990)
Sylvain Brunier

Résumé
À partir de l’analyse socio-historique du travail des conseillers agricoles, cet article interroge la conduite de la politique de modernisation menée après la Seconde Guerre mondiale. Les conseillers y jouent un rôle déterminant en prescrivant de nouvelles méthodes de production et en favorisant la mobilisation collective des agriculteurs. Ils s’appuient sur des savoirs techniques ainsi que sur leur connaissance pratique du milieu agricole mais, surtout, ils déploient des trésors d’ingéniosité pour démontrer leur dévouement à leurs interlocuteurs, sans sortir des cadres fixés par leurs employeurs. Ces capacités d’adaptation, constitutives de leur métier, sont d’abord fortement valorisées puis, à partir des années 1970, critiquées pour leur non-conformité avec les nouveaux impératifs de bureaucratisation, de spécialisation et de marchandisation du conseil agricole.
Mots clés : Conseil ; Modernisation ; Prescription ; Mobilisation ; Mètis ; Agriculture.

Abstract
Drawing on a socio-historical analysis of the work of agricultural advisers, this article explores the conduct of modernisation policy following the Second World War. Advisers played a crucial role in this, by recommending new methods of production and encouraging farmers to mobilise as a group. They relied on technical know-how as well as their practical knowledge of the agricultural milieu. Above all, they showed huge ingenuity in demonstrating their devotion to their farmer clients, without evading the framework set by their employers. These capacities for adaptation so essential to their profession were initially highly valued. Then, from the 1970s onwards, they attracted criticism for their failure to conform with the new imperatives of bureaucratisation, specialisation and commercialisation of agricultural advice.
Keywords : Advice ; Modernisation ; Recommendation ; Mobilisation ; Mètis ; Agriculture.

DOI : 10.1016/j.soctra.2014.12.001


<—





Comptes rendus

The Moral Background : An Inquiry into the History of Business Ethics, G. Abend. Princeton University Press, Princeton and Oxford (2014). 416 p.
Michel Anteby

Trade Unions in Western Europe. Hard Times, Hard Choices, R. Gumbrell-McCormick, R. Hyman. Oxford University Press, Oxford (2013). 264 p.
Antoine Bevort

La guerre des forêts. Luttes sociales dans l’Angleterre du XVIIIe siècle, E.P. Thompson. La Découverte, Paris (2014). 196 p.
Jérôme Lamy

Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, E. Goffman [ouvrage traduit et présenté par D. Cefaï]. Economica, Paris (2013). 308 p.
Yves Winkin

Penser la violence des femmes, C. Cardi, G. Pruvost (Eds). La Découverte, Paris (2012). 446 p.
Sylvie Cromer

Rethinking Social Distinction, J.-P. Daloz. Palgrave Macmillan, Basingstoke (2013). 252 p.
Olivier Vanhee

Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, D. McAdam [traduit de l’américain par Célia Izoard]. Agone, Marseille (2012). 480 p.
Cécile Péchu

In the Public Interest : Medical Licensing and the Disciplinary Process, R. Horowitz. Rutgers University Press, New Brunswick, NJ (2012). 268 p.
Boris Hauray

Righteous Dopefiend, P. Bourgois, J. Schonberg. University of California Press, Berkeley (2009). 360 p.
Gaëlle Chartier

Troubles en psychiatrie. Enquête dans une unité pour adolescents, I. Coutant. La Dispute, Paris (2012). 216 p.
Nicolas Henckes

Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations, F. Dubet, O. Cousin, E. Macé, S. Rui. Le Seuil, Paris (2013). 384 p.
Cécile Guillaume

À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », V. Pinto. PUF, Paris (2014). 350 p.
Stéphanie Mignot-Gérard

<—